lundi 4 août 2008

Les conservateurs et le simple d'esprit

Deux auteurs d'opinion conservatrice : OS Card et Terry Goodkind ont placé au coeur de leur oeuvre un personnage simple d'esprit. On peut se demander pourquoi faire du simple d'esprit le sauveur du monde lorsque l'on appartient à la droite conservatrice.
Chez Card dans son roman "Patience d'Immakulata" (Unwyrms, 1984) le personnage du simple d'esprit Constant (Will, dans la version originale) est opposé aux savants. Si les savants n'ont su résister à l'appel de l'entité monstrueuse Unwyms c'est "parce qu'ils étaient plus faible que leur passion" nous dit Card. Habituellement le savant, le chercheur est plutôt considéré comme homme de raison, capable justement d'échapper aux comportements irrationnels, et notamment à la passion. Card prend ici l'opinion populaire à contre pied. Et c'est Will le simple d'esprit qui est capable d'échapper à l'emprise du monstre. Et par un curieux lapsus, les anglophones noteront que Will en anglais signifie volonté. Et cette volonté qui a fait défaut aux savant qui permet à Will de triompher. Les savants sont des faibles tandis que Will est fort. L'intellectuel est un faible et le simplet un fort.
Chez Goodkind c'est plus compliqué. Dans "l'épée de vérité" le héros est un jeune forestier débile léger, Richard. Il est le seul à pouvoir porter l'épée du titre et à pouvoir être protégé contre son pouvoir. Goodkind nous présente quand même un personnage intellectuel positif qui va être capable de guider Richard, le magicien Zedd. Mais les autres personnages intellectuels présentés que ce soit la prophétesse ou le peintre de la reine, ce sont des personnages dotés de tares et en pleine dégénérescence morales. Là aussi c'est la volonté de Richard qui lui permet de résister au pouvoir de l'épée tandis que des personnages plus éduqué n'y parviendrait pas.
On peut se demander pourquoi la figure du déficient intellectuel devient une figure rédemptrice parée de toutes les vertus. Dans les deux cas il s'agit d'un personnage pur et même si comme Richard il s'adonne à la violence c'est pour faire triompher cette pureté. Le simple d'esprit est le défenseur d'un certains ordre morale contre les intellectuels qui s'y opposent au nom des philosophies des lumières. Il faut noter que Richard comme Will se réclament de valeurs rurales simples. Ce sont des incarnations de la nature contre la culture présentée comme la pire des perversions. Il représente le monde originel, et certainement quelque part l'idéal de l'Eden. Card est Mormont et Goodkind se réclame de la droite chrétienne américaine. Et le retour à la pureté originelle est un de leurs idéaux. D'autre part la date de ces oeuvres 1984 pour le roman de Card et 1988 pour Goodkind n'est pas un hasard. La construction de la société de l'information où la sphère intellectuelle est de plus en plus appelé à interférer avec l'économique et le politique est rejeté par ce deux auteurs. Il lui préfère un retours à la terre et aux valeurs paysannes.

1 commentaire:

nakor a dit…

D'accord sur le retour aux valeurs traditionnelles. Cependant ce qu'exprime cette position c'est surtout l'exigence de la liberté avant l'égalité, et que la morale sans l'épée n'aboutit pas. La critique de l'idéologie communiste est très présente, notamment dans le tome 6, mais je ne la trouve pas si inintéressante dans le sens où j'estime au même titre que JF Revel que la chute de mur de berlin n'a pas engendré de remise en cause profonde la doctrine socialiste, malgré son échec cuisant. Et dans cette idée je crois que s'aveugler sur la réalité de l'Etatisme socialiste dans le monde c'est permettre que se reproduise les mêmes horreurs (cf : le livre noir du communisme). On me dira que la guerre froide est passée, c'est vrai. Cependant la nazisme a été tué et pourtant la production littéraire à son sujet est encore très abondante, et j'estime qu'on ne doit pas oublier les méfaits du socialo-communisme, déjà parce que personne n'a voulu le combattre (on préférait jouer sur le retour du fascisme, plus simple de s'attaquer au totalitarisme mort que celui qui est vivant)et tout simplement pour que s'opère une réflexion complète de sa doctrine qui reste imprégnée, afin d'éviter un recommencement (recommencement au nom de l'égalité, véritable progressisme).