jeudi 25 février 2016

Le monopole du pulp

Les Puppies, ce groupe d'auteurs ultra conservateurs américains, sont un réservoir presque inépuisable de réflexion.
Ils défendent la SF pulp. Au moins sur le papier parce que dans les faits, ce n'est pas aussi clair. Par exemple, un de leur supporter, P. Alexander, s'estime déçu par la sélection des Puppies pour le Hugo. La réalité c'est que les Puppies n'ont pas le monopole du pulp et bien heureusement. Il existe aux USA, un mouvement New Pulp, avec notamment deux maisons d'édition très dynamiques, Airship 27 et Pro Se Production. Il semble que les puppies n'en ont jamais entendu parler. Mais pourtant, parmi les productions de ces maisons d'édition, il y a de la SF et de la fantasy.
Dans le même ordre d'idée, dans le milieu du jdr, il existe un courant appelé Old School Renaissance. Ils ont une vision bien particulière du old school qui mêle pulp et influence de la SF néoclassique dans années 70 ainsi que des comics de Heavy Metal ( le magazine américain influencé par Métal Hurlant). Ce courant a des velléités littéraires et a notamment entre autre chose donné naissance à un magazine qui mélange nouvelles, actualité du monde ludique et même un jeu de plateau en kit dans chaque numéro, Ares Magazine.
Cela prouve que les Puppies n'ont pas le monopole de la SF old school.
Mais en écrive - t - ils ? On ne peut pas nier que Larry Correia a des influences fortement pulp. Mais la majorité des auteurs du mouvement font plutôt de la SF militaire. Et c'est très loin du pulp tel qu'il est envisagé par les auteurs du New Pulp, ou les rolistes de l'OSR. Finalement on trouve du old school et même des influences fortement pulp chez des auteurs que les Puppies combattent.
Yoon Ha Lee par exemple est fortement influencé par Leigh Brackett. Elle mêle l'influence de cette grande dame des pulps à celle de CJ Cherryh pour construire un univers extrêmement personnel. Nnedi Okorafor a publié fin 2015 une novella de SF old school saupoudré d'afro-futurisme, Binti.
Bref les Puppies ont réellement un agenda politique et leur prose est - en tout pour la majorité d'entre eux - loin de la  vision pulpy qu'ils défendent publiquement.
Si bien que certains de leurs supporters, lancent des initiatives pour justement défendre cette fameuse vision pulp. P. Alexander, déjà cité, créée sa propre revue, Cirsova, pour publier de la sword and sorcery, du sword and planet et la science fantasy old school. Et s'il le fait, c'est parce qu'il a été très déçu par les textes mis en avant par les Puppies lors du Hugo.
Dans le meilleur des mondes possibles les old schooleux de toutes opinions se donneraient la main pour défendre leur vision. Mais il y a encore du chemin à faire.

1 commentaire:

cirsova a dit…

Hello! Thanks for the mention. While I don't agree with the idea that the Puppies are ultraconservatives, I think you raise some interesting points. I will be checking out Airship 27 based on your recommendation.

Interestingly enough, the reason I got involved in the Hugos last year was because someone I'd followed from the OSR community was recognized by the Puppies.

Anyway, I hope you will consider checking out the first issue of Cirsova; I think you might enjoy it.