samedi 7 septembre 2013

Du lectorat de l'imaginaire

Aujourd'hui  les éditeur de l'imaginaire se plaignent du faible niveau des ventes des littératures de l'imaginaire. La crise n'explique pas tout. Je pense qu'on s'est tout simplement trompé de public. Faire lire de l'imaginaire aux lecteurs de blanche ou à la ménagère n'était pas les stratégies à adopter. 
Il fallait entre autre s'intéresser aux publics geeks - gamers, rolistes, amateurs de manga ou de comics... Ils n'ont pas été la cible privilégié. 
Mais ma bonne dame les geeks ils ne vont pas en supermarché et pour vendre du poche il faut distribuer en supermarché, donc viser la ménagère. Oui c'est vrai. Mais ce faisant on a fait l'économie du débat sur  d'éventuels réseaux parallèles de distribution. Au début des années 50 Armand de Caro, fondateur du Fleuve Noir a eu l'idée pour contourner le réseau de distribution Hachette alors tout puissant de créer son propre réseau de distribution en s'appuyant sur des commerces de proximité principalement des bureaux de tabac et des commerces ruraux généralistes. Résultat, de tout les éditeurs populaires de l'aprés guerre Fleuve Noir sera le seul à survivre. Donc aujourd'hui il s'agirait de savoir quels sont les lieux fréquentés par les geeks et avec lesquels les éditeurs pourraient travailler. Plus difficile à faire qu'à dire, d'autant que la plupart des éditeurs ne peuvent se payer une étude de marché. On est bien d'accord.

D'autant que ce rapprochement avec les geeks ne peut être fait par les seuls éditeurs. Que les revues de jeux vidéos ou de jeux de rôles publient régulièrement des nouvelles ou des critiques de SF. De même pour les magazines consacrés à la culture geek. (Et si les éditeurs de certaines revues passent par ce blog ,je suis prêt à aller au charbon si l'on me propose un beau projet.) Il faut se souvenir que certaines revues de bandes dessinée ont eu cette politique d'ouverture dans les années 80. Souvenons nous de la rubrique de Roland C Wagner dans Casus Belli. Il faut avoir des volontés communes qui convergent et là ce n'est pas vraiment facile à organiser.

3 commentaires:

Romain Lucazeau a dit…

Qu'est ce que tu veux dire par "aller au charbon"?

romain lucazeau

Fabien Lyraud a dit…

Je suis prêt à m'investir et à faire le job si l'on me propose un projet. Je pense qu'il y a des tas de concepts à lancer.

Tororo a dit…

LES lieux fréquentés par LES geeks? La liste aujourd'hui n'est pas aussi longue qu'au temps du lancement du Fleuve Noir. Il y a quarante ans on aurait cité des disquaires et des librairies, il y a trente ans des vidéo-clubs, il y a vingt ans des boutiques d'informatique et de jeux... qu'est-ce qui a remplacé tout ça? Internet.