vendredi 11 avril 2014

Esthétique de la fusion

Esthétique de la fusion c'était le titre d'une anthologie que Gilles Dumay avait en projet au début des années 2000 et qui n'avait jamais vu le jour. La fameuse fusion selon Dumay c'était le rapprochement de la SF et de la fantasy, le rapprochement des sciences humaines et des littératures de l'imaginaire, la convergence de l'imaginaire et de la littérature blanche. Aujourd'hui Dumay ne s'intéresse plus guère qu'au troisième point (qui est aussi de mon point de vue le moins intéressant) et c'est dommage parce que l'ère de la fusion a commencé. Et cette fusion va beaucoup plus loin que ce qu'imaginait Dumay.
- La Sf et la fantasy s'hybride de plus en plus. Science fantasy mais aussi arcanepunk, steampunk... Et l'horreur qui se mêle tantôt à la SF, tantôt à la fantasy. Les littératures de l'imaginaire s'interpénètrent loin des querelles de chapelle que nous nous évertuons sans cesse à rallumer.
- Les sciences humaines n'ont jamais été aussi présentes dans le domaine des littératures de l'imaginaire. La jeune génération revendique bien haut l'utilisation de l'anthropologie et de la philosophie ( et on est bien loin de la métaphysique dans la majorité des cas) principalement dans le champ de la nouvelle. Cela concerne les auteurs anglosaxons mais aussi les jeunes auteurs francophones, ceux qui publient dans les webzines et les anthologies et qui sont malheureusement au dessous de la ligne de flottaison pour beaucoup d'amateurs.
- Le thriller et la romance vont chercher de plus en plus leur propos dans l'imaginaire. Ce sont les littératures populaires qui s'abreuvent à la source de l'imaginaire et pas la littérature générale.
- On assiste à l'éclosion chez les anglosaxons d'une véritable diversité. Aussi bien auteurs issus des minorités qu'anglophones non anglosaxons revitalisent le genre en apportant l'influence d'autres cultures. Il est dommage que chez nous il n'y ai malheureusement pas plus d'auteurs issus de l'immigration ou de la France des Dom Tom pour apporter une nouvelle fraîcheur bienvenue.
- Fusion également dans l'écriture avec l'influence des écritures médiatiques dans l'écritures littéraires de la Sf et de la fantasy.
- Enfin fusion dans le dialogue avec les autres média qui rapproche les littérature de l'imaginaire de toutes les cultures geeks.
Bref la fusion est là il faut la voir. Peut être que pour qu'elle sévisse aussi chez nous il faudrait un fandom construit plus en réseau avec des acteurs plus à l'écoute les uns des autres. Le seul éditeur important qui s'est rendu compte que la fusion existe semble être Bragelonne. Peut être est ce pour cela qu'il se développe encore alors que les autres baissent les bras.

2 commentaires:

Guillaume44 a dit…

Je suis assez d'accord, il y a un manque de brassage dans la nouveauté française SFFF, trop "pépère" à mon goût. Je trouve que tu pointes du doigt beaucoup d'aspects qui me chagrinent aussi ces derniers temps, bien vu.

Fabien Lyraud a dit…

Remarque chez les Anglos c'est dans la nouvelle que la majorité des choses se passent. Le roman reste encore à la traîne pour un certain nombre de chose. Ca commence à devenir intéressant depuis la fin 2012, je dirais pour les USA, parce que les Anglais ça fait longtemps qu'ils se remuent.